Return to site

J.A.R.D.I.N.E.R.

Un acronyme pour repérer les obstacles à l'empathie

· Article

Merci à Yves Le M pour son inspiration à mettre en acronyme les principaux obstacles à l'empathie. Nous avons échangé pour l'enrichir et c'est avec joie que je vous le propose aujourd'hui, en faisant le voeu qu'il contribue à vous donner des repères clairs pour vérifier si vous êtes en train (ou pas) d'être en empathie avec une personne en ayant fait la demande.

Si quelqu'un exprime un besoin d'empathie, c’est le signe qu’il vit quelque chose comme inconfortable pour lui et qu’il serait doux à son cœur d’être entendu, accueilli et rejoint dans ce qu’il vit intérieurement, côté sentiments et besoins, en lien avec cette situation.

Notre expérience est que nous pouvons avoir de la difficulté à être en empathie (à mettre entre parenthèses ce que nous nous disons et ressentons pour nous mettre à l’écoute de ce qui se vit en l’autre) pour différentes raisons.

L'acronyme J.A.R.D.I.N.E.R. nous invite à vérifier quels outils nous utilisons pour "jardiner" au niveau relationnel et nous rappelle ceux qui diminuent nos chances que l'autre se sente rejoint côté empathie... :
👉🏻 J ugement, évaluation, étiquettes : « tu es bien [adjectif] de », « les gens qui font ça sont », « c’est mal/bien de»
👉🏻 A vis, conseil, trouver une solution : « tu devrais… », « je trouve que tu… », « pourquoi n’essaies-tu pas de… », « connais-tu l’approche de… »
👉🏻 R eproche : « tu n’aurais pas dû… », « à ta place je n’aurais jamais fait ça… »
👉🏻 D iminuer l’importance d’une situation : « je crois que ce n’est pas si grave, tu sais…»
      D ramatiser : « c’est vraiment terrible ce qui t’arrive…c’est une horreur… »
👉🏻 I nterprétation, croyance : « on dirait bien que ta situation parle de [histoire que nous projetons sur les faits évoqués] », « il semble que cette personne fait miroir à ton comportement personnel », « de toute façon, on attire les situations selon ce que l’on fait »
I mpression : « j’ai l’impression que tu… » « je sens que tu… »
     I nvestigation : « je me demande pourquoi tu… » « qu’est-ce qui fait que tu…»
👉🏻 N arration, histoire personnelle, anecdote « c’est comme moi, ça m’arrive tout le temps ce que tu racontes ! », « ça me rappelle la fois où j’ai… »
👉🏻 E mpathie à un tiers : lorsque je me mets en empathie avec la personne qui est le stimulus pour l’auteur de la publication « tu sais, je comprends bien pourquoi il fait ça… on dirait qu’il se sent triste parce qu’il a besoin de compréhension de ta part… »
👉🏻 R assurer, consoler « ça va aller tu sais… », « tiens bons, c’est une étape… », « je fais un gros câlin à ton cœur endolori », « je t’envoie plein de bonnes ondes… »

Comme le dit Yves « Avant de répondre, je vérifie si je ne suis pas en train de "jardiner". Ça m'aide à faire le tour de toutes mes réponses-réflexes. Ainsi je reste attaché à me connecter à l’autre avant, éventuellement, d'exprimer mon "jardin", s’il est d’accord que je le fasse.»

Par ailleurs, si vous n’avez pas une idée claire de ce qu’est l’empathie en CNV,
vous pouvez regarder cette vidéo de Marshall Rosenberg :

Pour rappel, dans l’empathie telle que nous la pratiquons en CNV, nous veillons à porter notre attention tout particulièrement sur les sentiments et les besoins (dont vous pouvez trouver la liste dans le Memento de la CNV http://www.cnv-ip.com/#memento-cnv) qu’il nous semble percevoir dans ce que partage la personne que nous écoutons.

N’étant pas sûrs que ce que nous percevons est ce qui est vivant pour l’autre, nous partageons nos messages sous la forme interrogative.
 

Par exemple : « Est-ce que dans cette situation tu te sens préoccupé (sentiment) parce que tu n’es pas sûr de pouvoir vivre la sécurité relationnelle (besoin) à laquelle tu aspires ? » ou « Aimerais-tu que soit mesuré combien c’est douloureux (sentiment) pour toi de vivre une situation dans laquelle tu ne vis pas, pour le moment, la sécurité relationnelle (besoin) que tu aimerais goûter ? »

 

Dans tous les cas, un petit pas précieux pour une connexion de qualité avec la personne qui a posté quelque chose est dans un premier temps, de vérifier avec elle si vous avez correctement compris :
1) ce qu'elle exprime 2) ce qu'elle aimerait, et 3) d'attendre son retour avant de continuer à écrire.

 

🌞 A chacune et à chacun, je souhaite le meilleur dans votre pratique de l'empathie !

Isabelle Padovani

Formatrice certifiée du Centre pour la Communication Nonviolente

🗓 Si vous souhaitez poursuivre le cheminement en live avec moi sur ce thème et sur d'autres, vous trouverez l'agenda 2017-2018 des Rencontres au coeur du Vivant sur cette page : http://www.communification.eu/#rencontres

Si vous souhaitez faire un pas de plus avec la Communication Nonviolente (CNV), je vous propose plusieurs ressources :

📒 Lire Le Memento de la CNV (gratuit, 23 pages), dans lequel vous trouverez des clefs pour explorer votre monde intérieur, ainsi qu'une liste des besoins, pour soutenir votre exploration : http://www.cnv-ip.com/#memento-cnv

🌻 Devenir membre du Club CNV (c'est gratuit !), y écouter mes podcasts sur les fondamentaux de la CNV et interagir dans son Forum privé : http://www.club-cnv.com

🖥 Regarder mon webinaire gratuit "Relever nos défis relationnels avec la Communication Nonviolente" : http://www.cnv-ip.com/#video-gratuite

🔎 La BD "Enquête sur les Émotions, tome 2 : À la source des émotions, les besoins", réalisée par Armella Leung, avec qui j'ai collaboré pour cet ouvrage.
Vous trouverez entre autres dans cette BD une "Carte pour trouver les besoins cachés" que je trouve très précieuse : http://bit.ly/2uokicN

🌈 Vous pouvez également devenir membre du groupe Facebook 🌻Communication Nonviolente (CNV) dont je suis l'administratrice : https://www.facebook.com/groups/cnvfr/

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly